samedi 3 novembre 2012

Clés n° 4 : Notice de montage du moulin




Voici toutes les indications nécessaires pour bien monter ce joli petit moulin, qui agrémentera joliement votre réseau. 




01- Pour mener à bout le montage de ce mois, vous aurez besoin du matériel usuel : réglet, cutter, colle, pinces à cheveux… à la rigueur une petite pince, quelques épingles ; un petit poinçon peut aussi être utile, mais on peut s’en passer.

Il est sans doute un peu plus difficile à réaliser que les précédents montages proposés dans Clés pour le train miniature. Les plus jeunes de nos lecteurs pourront se faire aider d'un adulte. 




02- EN OUTRE, vous aurez besoin pour ce montage de quelques brochettes. L’idéal serait de trouver des brochettes en bambou de 2,5 mm de diamètre. Mais comme elles semblent peu courantes, vous pourrez aussi bien utiliser des brochettes de 3 mm. Et même des brochettes en bois peuvent convenir.



Mais enfin, si vous jouez de malchance, si vous ne trouvez de brochettes nulle part, peut-être trouverez-vous un tuteur en bambou dans une jardinerie, ou chez votre voisin qui fait pousser des haricots à rames, ou encore essayez d’offrir quelques roses à votre fleuriste, en tout bien, tout honneur…



Le bambou se fend et se refend très facilement, en quelques minutes, vous pourrez ainsi  fabriquer vous-même les trois ou quatre baguettes nécessaires.



03 – Découpez, pliez et formez le fût (la tour) du moulin  (1). Le découpage des petites languettes est fastidieux, mais c’est la faute à Euclide, qui a défini le cercle comme un polygone ayant une infinité de côtés. Ici, nous nous en sommes modestement tenus à 26. Les ouvertures comportent de petites languettes qu’on rabat aussi vers l’arrière.




04- Découpez et pliez les huisseries : la porte et les deux fenêtres (2), (3) et (4).



05- Collez-les par derrière, bien centrées en face des ouvertures.


06- Collez la languette (5) derrière la façade.


07- Refermez le cône en collant l’autre extrémité de la façade sur la languette (5). Ceci permet d’obtenir  un joint vif (bord à bord) plus discret qu’un chevauchement. Remarquez que notre monteur n’a pas hésité à se doter des outils les plus sophistiqués et les plus performants qu’on puisse rêver : deux pinces à cheveux.


08- Découpez la pièce (6), engagez-la par l’intérieur et collez-la sous les languettes [09].


10- Découpez le disque (7), collez-le au centre de la pièce (6). Il n’a d’autre utilité que d’égaliser le niveau  du sommet du cône pour un bon collage des pièces suivantes.


11- Découpez et pliez le « socle » (8). Les 10 languettes relevées maintiendront le fût du moulin en bonne place et forme.



12- Collez le fût sur le socle, d’un fin filet de colle appliqué sur le chant, et de quelques points de colle sur les languettes, à l’intérieur. 


13- Découpez la pièce (9). Collez-la en centrant exactement son cercle sur la pièce (7). La flèche verte donne l’orientation de l’axe des ailes. Selon l’emplacement futur de votre moulin, pensez à ce que serait l’orientation idéale des ailes par rapport à la porte d’entrée, etc. Vous pouvez aussi choisir de ne pas coller, ou pas encore, (9) sur (7), pour choisir plus tard l’orientation idéale.


14- Découpez  la pièce (10).


15- Nous allons maintenant pratiquer les premiers des nombreux trous qui nous seront nécessaires au cours du montage. A l’aide d’un instrument pointu, transpercez le carton exactement au centre du futur trou, matérialisé par une petite croix.


16- Poussez doucement une brochette dans le petit trou, tout en la faisant tourner entre les doigts comme une drille. 


17- Le trou va s’agrandir jusqu’à ce que la brochette traverse le carton.


18- Vous pouvez, si vous le souhaitez, araser avec une lame de cutter neuve la bavure repoussée au dos par la brochette.


19- Traitez la pièce (11) de la même façon. Pour éviter les déformations de la pièce durant les opérations de perçage, percez-la d’abord et découpez la pièce autour du trou ensuite.


20- Finissez de découper et pliez les pièces (10) et (11).


21- Collez la « boîte » que constitue la pièce (11). Notre monteur n’hésite pas à rentabiliser ses coûteux instruments.


22- Collez (11) dans (10). Veillez, en y insérant une brochette, au bon alignement des trous.


23- Collez l’ensemble (10)+(11) sur la pièce (9), les rectangles coïncidant exactement, la partie triangulaire avec le trou haut côté extérieur.


24- Jusqu’ici, vous avez mangé votre pain blanc.  Maintenant, fini de rire, chacun de vos gestes devra être accompli avec le plus grand soin. Dans leur extrême générosité, "LES CLES POUR LE TRAIN MINIATURE"  vous offre un double jeu des petites pièces (14) à (17). Une erreur sera donc rattrapable. Pas deux.

Comme vous l’avez  fait avec les pièces (10) et (11), percez très soigneusement les trous au diamètre de vos brochettes. Ne découpez surtout pas les pièces (14) à (17) avant d’avoir percé les trous. Vous n'y arriveriez pas après. 


25- Les trous percés, découpez les pièces, pliez-les.


26- Engagez la première (14) sur une brochette dans le sens que montre la photo, très près du bout. Collez-la sans lésiner sur la colle. Laissez sécher assez longtemps.


27- Plutôt que de vous impatienter, imaginez un petit dispositif comme celui-ci, pour maintenir vos pièces en place en attendant que la colle sèche : une gomme ou  un morceau de polystyrène expansé, deux épingles et le tour est joué.



28- 29- Engagez la seconde pièce (15) exactement dans l’autre sens. Poussez-la jusqu’à ce qu’elle s’encastre, tête-bêche, sur la première. Collez généreusement le petit cube ainsi formé, et laisser sécher longuement. Le même dispositif  que précédemment peut resservir ! [29].


30- 31- 32- Selon le même principe, découpez puis engagez et collez la pièce (16)… 


puis la pièce (17) [31]. Veillez à la bonne perpendicularité des faces, et que les trous soient bien alignés. 


Le petit banc de collage [32] vous permettra de régler les positions relatives tout à loisir.



33- Coupez l’arbre que vous venez d’équiper de façon à laisser subsister 54 mm de tige. Coupez aussi deux brochettes à une longueur de l28 mm ;  elles formeront les vergues des ailes.


34- Engagez une vergue dans l’arbre carré. Amenez-la exactement en son milieu.  Veillez à ce qu’elle soit bien perpendiculaire à l’arbre.



35- Engagez la seconde vergue. Centrez-la tout aussi parfaitement. Veillez à ce qu’elle soit perpendiculaire non seulement à l’arbre, mais aussi à la première vergue.



36- Découpez les quatre ailes (18). Il nous avait semblé commode de rabattre et coller les « derrière » des ailes sur les « devant », mais il est probablement encore plus facile de les découper carrément, comme sur l’aile en bas à droite de la photo, puis de les recoller en bonne place. Simplement, ne vous trompez pas dans la position des petits bois, à l’extérieur des ailes. (vue de « devant » en haut à gauche, vue de « derrière » en bas à gauche).


37- 38- Collez la première aile sur une vergue comme le montrent les photos. Remarquez comme chaque aile est fixée avec un léger biais, toujours le même, qui va faire des quatre ailes une véritable hélice. Dans la réalité chaque aile est non seulement en biais, mais aussi assez souvent « gauche », disposition que vous pouvez  tenter de reproduire, mais ce n’est guère commode.


39- 40- Collez de même les trois ailes suivantes.




41- Découpez les deux pièces (12) et (13). Pliez les languettes de collage.


42- Collez (12) et (13) dos à dos.


43- Collez l’ensemble ainsi constitué à cheval sur le bâti (10)+(11), calé vers l’arrière, exactement aligné sur les traits rouges de repérage imprimés sur la pièce (11). Ce dispositif servira à maintenir le chapeau du moulin ( le toit) en bonne position.


44- Vous pouvez maintenant engager l’axe des ailes et vérifier leur bonne rotation. Si nécessaire, augmentez le diamètre des trous de rotation. Les ailes doivent pouvoir tourner au moindre souffle.



45- Une fois la rotation bien réglée, vous pouvez retenir l’axe en collant une rondelle (19) sur la partie qui dépasse à l’arrière. Ne serrez pas la rondelle contre (10)+(11), bien au contraire, laissez à l’axe un jeu longitudinal de 3 ou 4 mm.



46- Passons maintenant au toit du moulin, de son vrai nom le « chapeau ». Découpez les pièces (20) et (21).


47- Comme vous l’avez fait pour le fût (étapes [06] et [07]), cintrez les pièces, formez le cône « à sec » ; puis collez  la languette (21) d’abord sur un côté, refermez le cône et collez le second bord à joint vif (bord à bord).


48- Découpez et pliez l’auvent (22). L’angle de pliage n’a pas, pour le moment, d’importance.



49- 50- Posez le chapeau à plat sur une table, posez l’auvent face à lui, ouvert en V à un angle approximatif. Les deux pièces toujours posées à plat, avancez l’auvent vers le chapeau de façon à ce qu’il s’y applique étroitement comme ci-dessous. 



 Reprenez l’auvent, appliquez un peu de colle sur les chants qui devront être collés au chapeau et collez l’auvent au chapeau. Par simple élégance, choisissez plutôt de coller l’auvent exactement sur le joint du chapeau.

Une fois ce premier collage léger sec, complétez-le par-dessous avec une bonne lampée de colle que vous laisserez sécher longuement.



52- 53- Lorsque vous serez assuré d’un collage et d’un séchage parfaits, avec des ciseaux pointus découpez le triangle du toit situé sous l’auvent.


54- Découpez et pliez la pièce (23).



55- Collez cette pièce (23) sous l’auvent, environ 2,5 mm en retrait.


56- Recoupez l’une des chutes de vos brochettes à 83 mm. Biseautez l’un des bouts  sur environ 20 mm. Cette pièce va devenir le gouvernail (ou la « queue ») qui permet au meunier d’orienter sa voilure face au vent.


57- Découpez, etc. les deux pièces (24) et (25). Collez-les dos à dos, pliez et collez l’ensemble au bout du gouvernail, en vous inspirant de la photo. Ceci figure le système d’attache du treuil d’orientation.


58- Collez le gouvernail au chapeau, exactement à l’opposé de l’axe des ailes.



59- Découpez le coq, la girouette. C’est trop petit ? Faites de votre mieux.


60- D’un petit point de colle, fixez-le sur une petite tige métallique. Comment ça « je n’ai pas de fil de métal fin » ? Bien sûr que si ! 


Regardez comment sont constitués quantité de liens fournis pour refermer les sachets de congélation, les sacs poubelles de diverses sortes, etc. Dedans, un brin de fil métallique vous est généreusement offert.


62- Le coq au sommet du moulin, c’est comme le mai sur la charpente, il crie triomphalement : « c’est fini ! » [63]






6 commentaires:

michel Camargue a dit…

Je trouve vraiment intéressant, les maquettes en carton, que l'on a en encarté, dans chaque Clés...
Merci

Anonyme a dit…

merci pour la demonstration, ce ne fut pas facile je suis debutant mais j avais deja fait de la maquette plastique au 1/72eme puis des diorama au 1/43eme

Louis a dit…

Des difficultés pour réaliser la jonction des ailes. Pour y pallier j'ai utilisé du balsa de 4x4 percé à 2,5. Idem pour le contrepoids du gouvernail.

Louis

Chloé a dit…

pfiouuuuuuu trop difficile... j'ai tout cassé en mettant les ailes dans le moulin. Pour une première maquette, j'aurai dû prendre plus simple. N'empêche que c'est terminé et tout est fixé, par contre, mon moulin ne tournera jamais ;-)

Nicolas a dit…

J'ai passé une bonne partie de l'après-midi et toute ma soirée, tout n'était pas facile mais le résultat me convient. Le plus dûr était la partie avec les pièces de secours>.

Anonyme a dit…

merci pour cette notice !!! Tout est ok et pour un débutant je suis assez content de moi. je vais essayer de le reproduire en 1/32.

eric